textile equipment, textile machinery africa, ethiopia, tanzania




  Les «univers-spas» jouent la démesure

      LeFigaro.fr (Web, France) - 23 Janvier 2008

Pour séduire une clientèle experte, les hôtels haut de gamme rivalisent avec des spas surdimensionnés, qui deviennent des attractions à part entière. Une tendance à découvrir au Salon des thermalies, ce week-end à Paris.

Massages exotiques, musique planante, parfums enivrants… Plus que jamais synonyme d'évasion, le spa est désormais indissociable de tout nouvel hôtel haut de gamme. À l'île Maurice, l'Heritage Golf & Spa Resort vient ainsi d'inaugurer son nouveau centre de soins, le Seven Colours, dans un village-spa de 3 000 m². Avec ses produits naturels fabriqués à Madagascar et ses soins spécialisés dans «l'équilibre des chakras» (les sept centres d'énergie décrits par le yoga), l'établissement espère rivaliser avec le Shanti Ananda, installé sur l'île depuis un an et dont le spa s'organise, lui, sur un domaine de 4 700 m².

Plus loin vers l'est, en Thaïlande, la seconde antenne du célèbre Chiva-Som ainsi que l'Erawan, joyau de la chaîne hôtelière Sixsenses, sont attendus pour l'automne prochain. Une course à la surenchère est donc mondialement engagée. Et dans ce registre, le Moyen-Orient bat tous les records. Récemment ouvert à Bahreïn, le Banyan Tree Al Areen propose un centre de bien-être de 10 000 m² qui réunit tous les classiques du genre : sauna, hammam, douche froide, douche tropicale, piscine extérieure équipée de nage à contre-courant, sièges bouillonnants avec jets massants à différents niveaux, cascades et geysers.

La clientèle visée par ces multiplexes de la détente sont des seniors au fort pouvoir d'achat qui recherchent des solutions antivieillissement et, en proportion croissante, de jeunes hommes d'affaires, industriels et financiers, désireux de se ressourcer dans un cadre de rêve.

Un nouveau défi

Tous des spas-trotteurs avertis, habitués à choisir leur week-end ou court séjour du bout du monde en fonction des soins proposés. « Quitte à partir moins longtemps, ces clients optent pour des établissements plus luxueux, indique Aureliana de Sanctis, directrice du Monaco Spa Event qui, du 18 au 20 janvier, réunissait tous les professionnels du secteur sur le Rocher. Quant aux stakhanovistes du bureau, ils préfèrent s'accorder une semaine de relaxation plutôt que quinze jours de circuit culturel », conclut-elle.

De plus en plus pointus, donc exigeants sur les soins, les accros passent beaucoup de temps à étudier les réceptifs et leurs offres sur Internet. La solution pour les satisfaire : proposer des centres tout en un et de plus en plus grands. «Certes, le spa ne propose généralement pas un protocole de cure aussi rigoureux qu'en thalasso ou en thermalisme, indique Karelle Geyer, commissaire générale du Salon des thermalies, mais le terme véhicule spontanément les valeurs du chic et du luxe.» Les thalassos, du coup, surfent sur la vague.