textile equipment, textile machinery africa, ethiopia, tanzania




 RODRIGUES : Mini Village Touristique Pointe-Source

L'Express (Maurice) - 17 septembre 2008

Deux promoteurs mauriciens ont concocté un projet aussi ambitieux qu'original pour l'île. Un mini village typiquement rodriguais avec des familles qui prépareront des mets pays. L'exotisme n'empêchera pas le confort .

«Rodrigues pourrait être l'île de beauté de Maurice. Il suffit de promouvoir le tourisme qui en est le moteur». Cette proposition ne vient pas de n'importe qui. En fait elle émane de deux professionnels du tourisme : Alain O'Reilly et Fabrice Salaün, respectivement managing director et deputy managing director de Le Repaire Resort (propriétaires de Domaine du Chasseur). Ils misent sur le tourisme vert, recommandé pour l'île.

Les promoteurs attendent l'aval du gouvernement régional pour le bail et sont prêts à investir Rs 600 m pour sa réalisation. La route d'accès à la réserve est déjà tracée. Ce projet pourrait créer une cinquantaine d'emplois directs dans le secteur hôtelier et une vingtaine dans le secteur agricole.

Sur 300 arpents à Pointe-Source, entre Baladirou et Rivière-Banane, il y aurait un mini-village rodriguais avec un petit hôtel à l'architecture créole, rustique à souhait mais avec tout le confort voulu. Des familles rodriguaises habiteront le mini-village, prépareront des produits pays : fruits de mer, poulets de base-cour, cochons, pour les visiteurs. Elles seront le point de rencontre entre le visiteur et l'habitant et travailleront l'artisanat, la vannerie. La charcuterie n'est pas oubliée. Les produits du village seront vendus sur place.

Outre l'aspect hôtelier, il y a la préservation du milieu naturel. En collaboration avec le gouvernement régional, Shaols of Rodrigues, Wildlife Foundation, les promoteurs vont reboiser le site avec des espèces florales endémiques et exotiques. Une centaine de cerfs de Java seront importés Le dernier de cette espèce a disparu de l'île en 1953. Des perdrix seront lâchées dans la réserve. «Nous misons beaucoup sur la proximité, l'authenticité et la spécificité de l'île. Il y a des valeurs propres à l'île que nous comptons exploiter afin que le visiteur se soit à l'aise en évoluant au sein la population. Il va manger et vivre à la rodriguaise», explique Fabrice Salaün.

Le projet comporte aussi un volet pédagogique et social. «Les écoliers pourront visiter la réserve et les animaux. Nous privilégions la proximité avec les gens de l'île. Les fermiers qui avaient l'habitude de couper de l'herbe dans la réserve ne seront exclus mais nous contrôlerons certains espaces Il y aura des campagnes pour expliquer aux gens que nous ne sommes pas là pour prendre possession des terrains», explique Alain O'Reilly. Une plate-forme d'observation de la faune, de la flore et des sentiers de randonnées balisés avec accès gratuits aux Rodriguais est prévue pour permettre aux visiteurs de découvrir les trésors de l'arrière-pays.

Puisque l'élevage est une culture bien ancrée dans les familles, les promoteurs ont déjà reçu une lettre d'intention des autorités rodriguaises pour le partenariat qu'ils comptent conclure entre les éleveurs du Nord-Ouest. C'est Ti Cabri Developpment Ltd qui se chargera de ce projet mixte d'agrotourisme. «Le concept de l'île durable et de la sécurité alimentaire nous préoccupe», dit Fabrice Salaün. Cette région, propice à l'élevage caprin et bovin, accueillira des races supérieures d'Afrique-du-Sud pour la reproduction. L'expertise de Roland Nicolin sera sollicitée pour cette tâche. Celui-ci travaille sur la propriété sucrière de Savannah.

Les éleveurs seront formés pour la production de fromages. «Si jamais le marché local est saturé, on exportera vers Maurice. Le développement que nous apporterons aidera à combattre le chômage», explique Alain O'Reilly. Il dénonce la cherté des billets d'aviation Maurice-Rodrigues-Maurice qui décourage les touristes étrangers comme mauriciens rendre dans l'île. «Si Air Maurice ne revoit pas le coût du billet pour la destination Rodrigues, c'est sûr que cette île ne s'en sortira pas économiquement puisqu'elle dépend de cette industrie».

En attendant l'aval du gouvernement régional pour le début des travaux, les promoteurs ont un autre projet dans la ville : un restaurant baptisé Don Rodriguez qui sera en construction dans les jours qui viennent à Baie-Lascar, en face de la Commission des Infrastructures publiques.