textile equipment, textile machinery africa, ethiopia, tanzania




  Les profits des groupes hôteliers lourdement affectés par la roupie forte

      L'Express (Maurice) - 10 septembre 2008

Les performances financières de nombreux groupes hôteliers sont inférieures à celles de l'année dernière. Ce qui est attribué à l'appréciation de la roupie, mais aussi à des coûts d'opération en hausse et une baisse dans les réservations.

Le secteur hôtelier se porte moins bien que l'année dernière. La principale raison en est l'appréciation de la roupie, qui continue à affecter la profitabilité d'un grand nombre d'hôtels. Cela a été le cas pour plusieurs établissements depuis le début de l'année. Mais ceux-là comptent sur l'entrée en opération de leurs nouvelles unités pour une amélioration de la situation.

A titre d'exemple, pour les neuf mois se terminant au 30 juin 2008, les revenus de New Mauritius Hotels (NMH) – qui possède et gère les hôtels Beachcomber – ont augmenté de 8 % pour atteindre Rs 6,5 milliards. Mais les profits du groupe pour cette même période ont baissé. Ils étaient de Rs 1,7 milliard pour la même période en 2007, contre Rs 1,6 milliard en 2008.

Ses coûts d'opération, notamment en termes d'énergie et de personnel, ont subi d'importantes majorations. Mais considérant les conditions qui ont prévalu pendant les six mois se terminant au 30 juin, NMH estime «satisfaisants» les profits réalisés.

Pour le trimestre du 1er avril au 30 juin 2008, les profits de NMH ont baissé de façon spectaculaire, soit de 71 %. Ils sont estimés à Rs 70 millions seulement, contre Rs 254 millions pour la période correspondante en 2007.

Pour ce même trimestre, le taux d'occupation a été en moyenne 5 % inférieur à l'année dernière. Cette situation est en partie due à la fermeture, pour rénovation, de l'hôtel Trou-aux-Biches, ensuite différée à janvier 2009 et celle de l'hôtel Ste.-Anne aux Seychelles.


Croissance revue à la baisse

La performance financière de NMH sera de 7,5 % inférieure à celle de l'année dernière, selon les estimations de la direction de cet hôtel, en raison de la tendance notée dans les réservations.

Le groupe NMH a fait d'importants investissements dans des projets, notamment la construction d'hôtels à Côte d'Or, sur l'île Praslin (Seychelles), à Marrakech (Maroc), sans compter le nouvel hôtel qui sera construit à Trou-aux-Biches.

Le groupe se propose aussi d'investir dans un projet Integrated resorts scheme à Les Salines, Rivière-Noire. Ce projet comprendra la construction d'un hôtel et de 220 villas de même que la création d'un parcours de golf.

Constance Hotels Group (CHG) a, de son côté, également subi les effets de l'appréciation de la roupie par rapport aux principales monnaies – livre sterling, euro et dollar. Ses revenus pour les premiers six mois de l'année 2008 sont estimés à Rs 874 millions, alors qu'ils étaient de Rs 893 millions en 2007, soit une baisse de 2 %.

Les profits de CHG ont aussi baissé en raison des coûts d'opération plus élevés, notamment l'énergie et le personnel. Ils se chiffrent à Rs 171 millions, contre Rs 254 millions pour les premiers six mois de 2007. Toutefois, ce groupe estime que l'entrée en opération de ses hôtels en construction aux Maldives et aux Seychelles devrait améliorer ses revenus et ses profits dans les années à venir.

Du côté de Naïade, les résultats du groupe pour le deuxième trimestre ont été affectés par les travaux de rénovation, notamment l'hôtel Les Pavillons à Maurice, le Diva aux Maldives et les Villas du lagon à La Réunion. Ces investissements totalisent environ Rs 3 mds.

En revanche du côté Sun Resorts Ltd, le groupe a fait des pertes de Rs 43 millions pour le second trimestre (avril à juin), mais cumulativement, soit pour les six premiers mois de l'année, ses profits totalisent Rs 228 millions.

Les revenus pour les trois derniers mois ont été de Rs 639 millions, soit une baisse de 11 %, comparée à la même période en 2007. Cela est attribué en grande partie à la fermeture de l'hôtel Sugar Beach pour des raisons de rénovation et le ralentissement économique dans nos principaux marchés touristiques.

Mais pour le premier semestre 2008, la baisse des revenus est de 1 %, comparée à l'année dernière. Car pour les six mois, janvier à juin, ils totalisent Rs 1,6 milliard.

Pour toutes ces raisons, Sun Resorts Ltd estime que sa performance financière pour 2008 sera moins bonne que l'année dernière.

Les arrivées touristiques ont augmenté de 5,5 %, passant à 432 113 pour le premier semestre 2007 à 455 758 pour le premier semestre 2008. Les arrivées de France et du Royaume-Uni ont augmenté alors que des baisses ont été enregistrées du côté de l'Allemagne et de l'Italie.

Avec ces problèmes, 2008 ne sera pas une aussi bonne année que 2007. D'ailleurs, le Bureau central des statistiques prévoit que le secteur touristique va connaître une croissance de 7,1% seulement, contre 14 % en 2007.

 

Alain BARBÉ