textile equipment, textile machinery africa, ethiopia, tanzania




  Spa : une valeur ajoutée pour l’hôtellerie

      L'Express (Maurice) - 16 Avril 2008

Les traitements en spa sont souvent faits avec des produits d’une marque de luxe.Noms de renom. Givenchy, Shiseido, Guerlain, Clarins ne sont que quelques-unes des marques associées aux spas des hôtels mauriciens. Au fil des dernières années, les spas ont gagné une telle importance qu’il est maintenant commun que l’appellation «spa» soit incluse au nom même d’un établissement hôtelier. A Maurice, une trentaine d’hôtels abritent un spa. Au même titre que le parcours de golf, il est devenu une valeur ajoutée sûre pour tout hôtel. De plus, la clientèle s’attend à ce que chaque hôtel ait un spa. Par exemple, les touristes russes se montrent très exigeants par rapport à ça.

Les services offerts par les spas sont variés. Au sens large du terme, le spa est un centre de remise en forme. Il propose donc des massages ou autres formes de traitement et il est commun qu’ils aient aussi une section de soins esthétiques. Afin de se démarquer de la concurrence, chaque spa tente de s’illustrer par une particularité ou par des domaines d’expertise. Certains misent sur des massages spécifiques comme celui qui impliquent des galets chauds, ou encore sur des techniques traditionnelles ayurvédiques. D’autres misent sur l’architecture ou l’originalité. Au Four Seasons, hôtel en construction, dont l’ouverture est prévue en juillet, le premier spa sur pilotis de Maurice prend forme. Autre particularité, les 12 cabines de soin, dont huit destinées aux couples, feront face au lagon. Un hammam sera aussi intégré au spa.


Maisons prestigieuses

Les traitements offerts au spa ne sont en règle générale pas inclus dans les tarifs d’hôtels. Ils représentent donc une source additionnelle de revenus pour ces derniers. Lorsque l’hôtel est en partenariat avec une marque, les revenus et bénéfices sont répartis entre l’hôtel et la maison-mère de la marque. Par contre des forfaits spéciaux, en particulier ceux destinés aux couples en lune de miel, incluent un des traitements ou massages. Pour ceux qui viennent se marier à l’hôtel, le maquillage et la coiffure de la mariée sont proposés dans le cadre d’un package.

Des maisons de cosmétiques de luxe sont présentes à Maurice à travers les spas. Ainsi, au Royal Palm, Dinarobin et Paradis du groupe Beachcomber, sont les Spas Clarins, le One & Only Le Saint Géran de Kerzner International et le Touessrok de Sun Resorts présentent des Spas Givenchy, le Belle Mare Plage de Constance se vante, lui d’un Spa Shiseido, alors qu’un Spa Guerlain orne le Prince Maurice.

Une association avec une marque de produits a des répercussions à plusieurs niveaux. Dans un premier temps, elle procure au spa une réputation quasi instantanée, ainsi que des collatéraux. Dans un deuxième temps, elle apporte aussi une certaine expertise. Chantelle Parsons, directrice du Oberoi Spa, géré par Banyan Tree relève les avantages que comportent un partenariat entre un hôtel et une marque. «En étant partenaire du Banyan Treen ke Spa, ses clients auront l’assurance et la tranquillité d’esprit qu’ils recevront les mêmes traitements et standards professionnels qui sont mis à jour de manière continue afin d’assurer que les standards de performance sont toujours respectés.»

L’association à un groupe ou une marque encourage aussi une uniformité de spa en spa. «Il est vital que nous offrons les mêmes traitements afin que les clients sachent que dans n’importe quel hôtel Oberoi qu’ils visitent au monde, ils ressentiront le même sentiment revigorant et d’exotisme quand ils entrent dans un de nos spas», souligne Chantelle Parsons. Idem pour tous les hôtels qui font partie d’un groupe. L’alignement des spas sur une seule ligne de conduite et sur une panoplie uniforme de normes joue en faveur du groupe, notamment par rapport aux clients qui ont déjà visité un établissement du groupe et par rapport aux clients qui n’en sont pas à leur premier séjour.

Avec la présence des spas sont aussi nés de nouveaux métiers dont celui de thérapeutes. Ceux-ci sont en effet de plus en plus en demande. Les besoins de formation sont cependant bel et bien là. Il est commun que chaque hôtel forme ses thérapeutes, notamment par rapport aux traitements et techniques Un salary survey de l’AHRIM en 2007 indique que le salaire moyen de beauty therapist est de Rs 7 826. Le salaire des thérapeutes est aussi souvent basé sur la performance mensuelle du spa ou le nombre de clients dont chaque thérapeute se sera occupé.

Sharon SOOKNAH