textile equipment, textile machinery africa, ethiopia, tanzania




  Tourisme : Cinq groupes indiens lorgnent Maurice

      Le Defi (Maurice) - 1er Mars 2008

Shyam Seebun : “La marque Maurice articulée dans neuf mois”

Mieux vendre la destination Maurice. Pour y parvenir, il nous faudra une image de marque. Une étape obligatoire si nous voulons attirer davantage de touristes et d’investisseurs. Shyam Seebun, coordinateur du projet de ‘Branding Mauritius’, en explique les grandes étapes.

Le projet de branding de la destination Maurice est sur la bonne voie. Concrètement comment se déroulera cet exercice ?
Le projet de marque (branding) de Maurice comprend cinq étapes : la ‘brand assessment’, la ‘brand identity platform’, la ‘brand positioning strategy’, le ‘brand blueprint’ et la ‘brand strategy execution’. Primo, nous identifierons la perception qu’ont les autochtones et les étrangers de Maurice ainsi que leurs aspirations. Deuzio, nous évaluerons l’identité, les points forts et les valeurs du pays. Tertio, nous analyserons les points de différentiation. La marque “Maurice” sera articulée dans neuf mois.

Un appel d’offres international a été lancé la semaine dernière. Quel est le but de cette initiative ?
Comme le ‘country branding’ est un concept tout nouveau pour Maurice, nous voulons avoir l’expertise d’un spécialiste sur la question. C’est la raison pour laquelle nous avons lancé un appel d’offres international. Nous visons des experts britanniques, américains, français, néerlandais et malaisiens. Notre choix final sera connu en mai.

Nous nous sommes pendant longtemps reposés sur le concept des 3S (Sun, Sand and Sea) pour attirer les touristes. Pourquoi est-il désormais nécessaire que Maurice ait une nouvelle image de marque ?
L’image de marque dont Maurice jouit comme destination touristique est reconnue de par le monde. Avec l’économie de Maurice qui est en pleine phase d’ouverture, nous voulons mettre d’autres atouts à la disposition des étrangers notamment dans les secteurs tels que l’offshore, la finance, les Tic, le ‘seafood’.

Dans quelle mesure un ‘brand name’ pour Maurice permettra-t-il de mieux promouvoir la destination ?
Quand une personne décide de venir dans un pays, il prend en compte plusieurs facteurs. Il faut que la destination soit fiable, attrayante et différente. C’est cette ‘image de marque’ que nous voulons créer. Notre objectif est d’attirer davantage de touristes, des hommes d’affaires et des professionnels. La marque “Mauri­ce”aura un effet différentiel sur le choix que fera le visiteur , qu’il soit un touriste, un acheteur ou un investisseur. Nous voulons que quand un étranger entend parler de Maurice, il sache d’emblée qui nous sommes ainsi que les avantages qu’il pourra bénéficier s’il vient faire des affaires chez nous.

Article published in Le Defi
Christina Vilbrin